Le 23 septembre 1982, la Citroën BX fêtait sa première mondiale sous la Tour Eiffel

MOBILITÉ/RÉTROSPECTIVE : Le 23 septembre 1982, la Citroën BX fêtait sa première mondiale sous la Tour Eiffel

Première mondiale le 23 septembre 1982 sous la Tour Eiffel
Modèle à succès : plus de 2,3 millions de véhicules produits
La base de la croissance dans la catégorie moyenne supérieure : produite de 1982 à 1994

C’était le 23 septembre 1982, la nuit tombait et une foule immense envahissait le Champ-de-Mars, sous la Tour Eiffel, les yeux rivés sur le premier étage de la Tour Eiffel où était suspendue une énorme caisse en bois portant l’inscription „Voilà la nouvelle Citroën“. Dans un spectacle son et lumière vertigineux, la caisse en bois a été lentement posée au sol. La carrosserie s’ouvrit enfin pour dévoiler la BX, qui commençait ainsi sa fabuleuse carrière sous une standing ovation, avec la Tour Eiffel décorée de doubles angles et enveloppée dans un grand feu d’artifice.

Quelques jours plus tard, le 30 septembre 1982, le 69e Salon de l’automobile de Paris ouvrait ses portes au parc des expositions de la Porte de Versailles et marquait officiellement le début des ventes de la BX, qui devint l’une des stars incontestées du salon.
LE PROJET „XB“

Lancé en 1978 sous le nom de code „XB“, le projet Citroën BX avait finalisé ses spécifications en novembre 1979. Les principaux objectifs du futur BX étaient de s’assurer qu’il serait reconnu comme un véhicule moderne, non conventionnel, mettant l’accent sur l’innovation. La BX devait être un véhicule à moteur transversal, avec une masse limitée, afin de garantir une bonne accélération et une faible consommation de carburant, ce qui, dans le contexte de l’époque, représentait une économie de coûts. Comme toutes les Citroën haut de gamme de cette époque, la BX était équipée d’un système de suspension hydropneumatique afin de garantir le confort et une tenue de route impeccable. La BX était dotée d’une carrosserie à hayon à cinq portes.

 

Le développement a été réalisé par le centre technique de Vélizy, qui a fortement investi dans la CAO (conception assistée par ordinateur) afin d’accélérer la convergence du design et d’optimiser les performances. Grâce à cette méthode, le BX a atteint un bon coefficient aérodynamique de 0,34. Il a innové en utilisant des matériaux composites pour des pièces telles que le pare-chocs, le couvercle de coffre, le capot et les panneaux latéraux, et ne pesait que 885 kg. Premier véhicule de l’ère PSA, les moteurs de la BX ont été repris de la banque de propulsion du groupe. Avec des moteurs puissants dès sa toute première sortie (62 ch et 72 ch 1360 cc, 90 ch 1580 cc), la BX était étonnamment dynamique.
UNIQUE : DESIGN & TECHNOLOGIE

Avec la BX, Citroën s’est fixé un double objectif : faire son entrée sur le marché des véhicules de classe moyenne supérieure et présenter la succession de la GSA. Pour y parvenir, la BX s’est appuyée sur une technologie de pointe pour garantir confort, dynamisme et économie, ainsi que sur une nouvelle forme au design révolutionnaire.

Citroën s’est adressé au célèbre carrossier italien Bertone pour concevoir la BX. Le designer Marcello Gandini (père de la Miura, de la Countach et de la Stratos) proposa alors une forme originale – une forme robuste mais exempte de toute excentricité. Elle se distinguait dans le paysage automobile de l’époque, mais devint le symbole de la BX. Le cockpit était également frappant, avec un tableau de bord inspiré du CX et des équipements caractéristiques tels que les commandes satellites de chaque côté du volant et le compte-tours rétro-éclairé.

Résolument moderne et bourrée de fonctions attrayantes, la BX a immédiatement convaincu la presse, séduit la clientèle Citroën et gagné de nouveaux clients : Elle fut un grand succès commercial. Construite à l’usine de Rennes La Janais en Bretagne et à l’usine de Vigo en Espagne, elle s’est vendue à plus de 2.337.016 millions d’unités avant que la production ne soit définitivement arrêtée en juin 1994. Étant l’une des voitures les plus vendues de Citroën, la BX a sans aucun doute contribué au renouveau de la marque Citroën dans les années 1980.
DURABLE : 12 ANS DE PRODUCTION

Les 12 années de commercialisation de la BX ont été marquées par de nombreuses modifications de la carrosserie. En 1985, un élégant break familial – plus long de 17 cm que la berline et baptisé Evasion – a fait son apparition dans la gamme, tout comme la version société apparue un an plus tôt. Lors d’un remaniement en profondeur en 1987, la BX a reçu un extérieur plus doux et un tout nouveau tableau de bord.

L’équipement n’a pas non plus été négligé : toit ouvrant, climatisation, instruments numériques, sellerie en velours, jantes en aluminium, horloge numérique et ordinateur de bord ont permis à la BX de rester fidèle à son image de véhicule moderne.

Mécaniquement, la BX restait à la pointe de la technologie avec des moteurs développant jusqu’à 160 ch, une injection électronique avec catalyseur et sonde lambda, un moteur diesel, une boîte automatique, une traction intégrale permanente et un freinage ABS. Une série limitée à 200 exemplaires de la version routière de la voiture de course du groupe B, la BX 4 TC (2141 cm3, 200 ch, 220 km/h), a même été produite.

La carrière de la BX s’est également distinguée par de nombreuses éditions limitées (Tonic, Image, Calanque, Leader, etc.), dont la fameuse Digit et son tableau de bord entièrement numérique.
LE SAVIEZ-VOUS DÉJÀ ?

La campagne publicitaire de lancement de la BX présentait la BX comme une voiture qui vivait, pensait et respirait, avec une référence claire aux différents bruits et mouvements de la suspension hydropneumatique. En 1985, Citroën fut le premier constructeur français à proposer une version diesel automatique. En 1987, l’entreprise innova à nouveau en lançant la première voiture française de série équipée d’un moteur à 16 soupapes. La BX était ainsi toujours à la pointe de la technologie, notamment la première voiture de série à être équipée d’un capot en composite polyester/fibre de verre compressé, d’un hayon injecté en composite polyester/fibre de verre, d’une lunette arrière collée et même de phares à réflecteurs paraboliques à deux surfaces réfléchissantes homofocales.

LES DONNÉES TECHNIQUES AU LANCEMENT DE LA BX 1982

BX – BX 14 E – BX 14 RE
1982 BX 16 RS – BX 16 TRS
1982
Longueur 4230 mm
Largeur 1650 mm
Hauteur 1358 mm
Volume min. du bateau 444 l
Réservoir de carburant 44 l
Masse min. mouillée 885 kg 950 kg
Déplacement du moteur 1360 cm3 1580 cm3
Puissance max. 72 hp à 5700 rpm
(62 hp à 5500 rpm pour le BX) 90 hp à 6000 rpm
Couple max. 108 Nm à 2500 rpm 137 Nm à 3250 rpm
Accélération 0 – 100 km/h 15.6 sec 11.3 sec
Vitesse maximale 155 km/h 176 km/h
Prix 48,900 Fr – 51,200 Fr – 53,000 Fr 55,900 Fr – 59,800 Fr

 

MARQUE : Citroën/STELLANTIS

virtualdesignmagazine Michael Hiller

FacebookTwitterGoogle+

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.